Le pic d'Iraukotuturru turlututu chapeau pointu

dj0064 Par Le 26/04/2018 0

Dans Randonnée montagne

C'est au fond d'une vallée encaissée où coule la rivière Estérenguibel que nous décidâmes d'arrêter les voitures après avoir longuement cheminé sur une piste et traversé quelques gués remplis d'eau s'écoulant des pentes Laharraquy.

En effet, c'est ici que les deux crêtes Nord et Nord Ouest descendant du pic d'Irau viennent mourir. L'une à notre droite l'Athékachabale servira à atteindre le sommet et l'autre à notre gauche Malbey-Uhalzaguy pour le chemin du retour. Celles ci dominent l'Artékohéguiko, le ruisseau sortant tout droit des entrailles de la face Nord du pic , haute de 500 à 600m, sombre et austère.

C'est un groupe de 15 personnes, bien décidé et avançant en nage préférant qu'on leur déroule le tapis vert pour accéder à la crête et ensuite atteindre le sommet tant convoité plutôt que le tapis rouge en aller simple avec une double porte fermant derrière eux à clef et finir au festival de canne. Donc une fois sur cette crête, les plus audacieux que dis je les plus audacieuses préférant jouer avec leurs mains pour enjamber quelques barres rocheuses et n'avaient plus qu'à suivre son fil et voir surgir le pic d'Irau présentant un faux air de pic du Midi d'Ossau avec ses deux pointes.

Le soleil encore présent au sommet nous incita à ouvrir nos sacs et de prendre possession de notre casse croûte. Il fut vite avalé car des nuages sombres et menaçant commençaient à s'accoquiner avec les sommets les plus élevés. Allait on ressentir quelques gouttes de sueur de leurs ébats oro météo sulfureux affectionnés ? Température en baisse, il fallait choisir : soit prendre le chemin du retour c'est à dire 14h30 à la voiture, soit essayer d'atteindre le site des cromlech's d'Occabé. Une dizaine de personnes choisirent la deuxième solution tandis que quelques autres restaient au col d'Irau à nous attendre.

Iraukotuturru

Les 400m de dénivelé furent avalés en une heure, c'est en moins de temps qu'il a fallut au brouillard pour recouvrir le site rendant encore plus beau et mystérieux ce plateau rassemblant plusieurs tombes protohistoriques. Est ce la présence de cette nécropole qui libéra l'imagination de certains, nous avons eu droit à des visions telles que les 3 sœurs Béatrice, Anne et Isabelle pétrifiées en statue de pierre, puis un cœur brisé transpercé d'une flèche sur le flanc est du Mendizar, ensuite c'est un faisant figé à jamais qui fit irruption dans le bois d'Errékacharo. De retour au col d'Irau, nos 3 charmantes et intrépides gazelles, Marie Madeleine, Gisèle et Henriette avaient déjà pris la poudre d'escampette dans le magnifique sentier cheminant à flanc de falaise, taillé par endroit dans la roche et nous purent revoir leurs beaux sourires qui semblaient annoncer le sentiment d'avoir passé une agréable journée. Très belle randonnée dans la bonne humeur dont je félicite l'ensemble des personnes qui m'accompagnaient et tant pis pour les douleurs musculaires et articulaires du lendemain qui se transformeront en douleurs imaginaires et effémairres le surlendemain.

Photos ici

randonnée montagne

Vous devez être connecté pour poster un commentaire