Rocher des chêvres, trou des fées et les 7 villages Aspois

Le 14/02/2018 0

Dans Randonnée

Rocher chevres

Tour des 7 villages Aspois.
​Dimanche 28 janvier, 22 voila les ............. Cafistes Orthéziens. Vu le nombre, je pense que la majorité d'entre nous étions en manque. Randonnée initialement et au demeurant facile avec peu de dénivelé et de distance, journée promise avec du soleil et un grand ciel bleu du matin jusqu'au soir, a fait que cette sortie ne pouvait être réalisée qu'avec de nombreux participants.

Arrivés à Bedous place de la mairie, ce fut un peu la surprise à la descente des véhicules, la température fraîche voire froide, certains d'entre nous avaient du mal à quitter l'intérieur encore tout chaud des voitures et quand j'expliquais que dès le 1er mètre effectué que l'on été déjà sur le chemin du retour puisqu'une une boucle était proposée alors tout ce grand monde se mit à prendre la direction d'Osse en Aspe, le 2ème des 7 villages Aspois à traverser.

Le chemin des jardins bordé  par son canal alimentant moulins et lavoirs fut pour beaucoup d'entre nous l'occasion de découvrir les pentes raides, courtes et surtout bien gelées pour celles situées encore à l'ombre. Donc la seule difficulté de la journée se fit avec attention à l'approche du passage surplombant le village. Une fois après avoir escalapader les 2 escarpits du rocher des chèvres, sans chèvre une fois de plus, (mais oui elles existent vraiment voir photos) on put contempler la vallée avec  ses 7 villages, découvrir le parcours et admirer les sommets alentours recouverts de neige dès 900 m d'altitude. Après une séance de topographie, direction la fontaine de la Bence puis la cabane du même nom qui n'était pas prévue au programme histoire de marcher un peu dans la neige. Là, comme des enfants, une bataille de boule de neige ne se fit pas attendre. Dans la descente les estomacs se creusaient, midi sonnait et tout naturellement une pause d'une heure quand même s'imposa dans un joli cadre entre les bordes de Guileri et d'Arangut. Le plat à barde d'un coté et la vallée, le Bergon, l'Embarrère et le col d'Isèye de l'autre.

Mais comme nous n'étions même pas au tiers du parcours dès 13 h direction le 3ème village, Athas puis le 4ème Lées. Je vois encore David se lécher les babines pleines de caramel et ses mains tenir pot de flan et cuillère. Sacré David, surtout ne pas en perdre une goutte. Puis, à la sortie du village, au lieu de prendre le chemin horizontal, nous voila empruntant un chemin d'exploitation qui nous rapprochait des falaises du rocher de la vierge et de Pènebouchère. Arrivés à la jonction du sentier d'Anitch, descente vers le rocher école d'escalade d'Esquit, la centrale électrique puis le gave d'Aspe. Le chemin de Saint Jacques se profilait devant nous et allions le suivre sur quelques mètres, il ne restait plus qu'à chercher ce fameux trou des fées dans le bois d'Erapou. La traversée du ruisseau descendant de la fontaine de l'Espugna bien chargé en eau posa quelques petits soucis. David se faisait encore remarquer, décida de nettoyer son sac à dos sans rien dire à personne et obligea quelques uns à l'attendre alors que le reste de la troupe s'enfonçait inexorablement dans la forêt et disparaissait des regards des malheureux qui l'attendait .

Trou fees

Le trou aux fées, en fait c'est le trop plein d'une résurgence située en contre bas, bien caché, se découvrant au dernier moment là où on ne l'attend pas. Aidé de Jean Luc, une main courante avec un bâton de marche fut mis en place pour les moins téméraires pour permettre à chacun d'atteindre l'entrée et l'exploration sur quelques mètres seulement de ce lieu particulier. En effet, il fut exploré sur 200 m de profondeur environ sans jamais atteindre le fond au début des années 2000 par une équipe de spéléologues de l'association Ganéko. Lieu de légende autrefois probablement, l'entrée fait penser aux personnes possédant une imagination très développée voire sans fin et sans limite, à une partie de l'anatomie féminine. Chacun en jugera, ces quelques mots n'engagent que son auteur qui s'était déjà illustré l'année dernière en classifiant une randonnée d'anatoalpine.

Une fois le groupe reformé, il fallait rejoindre le 5ème village, Accous où l'église avait il y a belle lurette sonné les 16 coups de 16h. Le Poey qui devait être gravit fut contourné histoire de gagner du temps. La souplesse et l'agilité de chacun fut mesurées aux passages de quelques clôtures de barbelés parfois tenaces et récalcitrantes avant d'atteindre le 6ème hameau de Jouers. Le soleil avait déjà disparu et la fraicheur de la température nous faisait rappeler que l'on été bien en janvier. Le dernier et 7ème hameau, Orcun se préparait à passer une nuit froide et les quelques maisons encore habitées laisser présager à l'intérieur de chacune d'elles d'une soirée chaude au coin du feu par la présence de fumées s'échappant de leur cheminée. Château, église et mairie de Bedous fut atteint à 17h50. Pour certains d'entre nous, une séance de nettoyage à la fontaine de la place s'imposa avant de monter dans les voitures. Il ne restait plus qu'à se retrouver au bistrot du coin pour prendre le pot de l'amitié et se dire au revoir. Merci à : Alain, Anne, Anne Marie, Béa, Camille, Cathy, David, Denise, Diane, Didier, Domi, Françoise, Gisèle, Isa, Jacques, Jean-Luc, Marie, Nicole, René, Seb et Serge pour leur bonne humeur, où se fut un plaisir de partager cette journée et la prochaine fois je vous le promets, je vous le jure d'être plus juste sur les dénivelés (qui ont été volontairement augmentés pendant la randonnée) et sur la distance.
Denis.
Pour infos :
Total dénivelé 975m
​Total distance 18 kms.

Lien vers les photos

randonnée montagne

Vous devez être connecté pour poster un commentaire