Festi rando

dj0064 Par Le 22/09/2019 0

Réveil 6h du mat pour ce qui devait être le dernier Week end de l'été 2019. Le festi rando à Bagnères de Bigorre. Au programme donc : samedi le pic de l'Oussouet en guise de petit dej, le pic de Montaigu pour le plat de résistance du repas du midi, le festival Big Bag organisé par le Cartel bigourdan pour le dessert, café, pousse café, digestif et soupe à l'oignon et le dimanche pour éliminer les maux de tête éventuels, le casque du Lhéris. Mais où avais je la tête ce matin là ? Passage obligé par la case contribution, impots directs et indirects, taxes et contreventions. Pris, par la patrouille radar au niveau de Mazerolles, ceci m'a permis enfin d'ouvrir les yeux grâce ou à cause c'est selon, d'un flash lumineux. Etait ce un ovni ? Je verrai bien dans quelques jours si un petit bonhomme vert de préférence avec une voiture jaune dépose dans ma boite aux lettres un courrier indésirable. Bon, ceci étant dit, revenons à nos brebis, chevaux, vaches et autres animaux rencontrés dans nos belles et chères Pyrénées. Direction donc Bagnères de Bigorre puis le Col du Couret 1199m où Peyre d'Embés et Echelles de Pilate me faisaient les yeux doux. C'est vrai, ces parties montagneuses sauvages où pieds et mains sont nécessaires, où à chaque instant tu dois chercher ton passage au milieu des rochers et de la végétation, je les affectionne particulièrement. Ca sera pour une prochaine fois mais le rendez vous est pris. 9h45 le départ était donné, d'abord par un bon sentier dans le bois d'Oubac puis sur des pentes herbeuses et rhododendronneuses un peu raide permettant d'atteindre le premier sommet : le Pic de la Peyre 1821m. A noter quelques chutes de pierres du à la présence de brebis se prenant pour des isards. S'en suivit ensuite un parcours de crêtes : Col du Culentous, Pic de l'Oussouet 1873m, col de Tos, petit replat aux lacs de Montaigu où un abri ou cabane était en construction puis l'ascension bien sympathique vers le sommet du Pic du Montaigu 2339m. 2 trailers, un joli groupe (était ce des cafistes) et 2 demoiselles qu'il a fallut guider pour gagner le sommet sont les personnes rencontrées. Petite collation vers 14h tout en projetant le regard à 360° car oui, la météo le permettait et surtout sans vent tant redouté mais avec une température fraîche à cette altitude. Le panorama offrant autant d'invites à gravir les enfants de Pyrène alentours, je ne pouvais donc me lasser et prendre mon temps. Le retour s'effectua par le même itinéraire avec une petite variante en passant par la cabane de Coumets se révélant être un parfait abri de luxe pour montagnard égaré ou désirant séjourner plusieurs jours dans le secteur. Il est à noter aussi que, la présence du roi de la forêt est trahie par le brame de ces mammifères annonçant la renaissance de leurs amours. 18H30 retour à la voiture mais le plus dur restait à faire. Douche indispensable à l'hôtel de la Paix puis direction le festival que je recommande à toutes et à tous. Festival bon enfant pour 7 à 77 ans voire plus mais alors il faudra s'équiper de prothèses auditives ou casque anti bruit. Des groupes tels que Al Tarba x senbeï, Bigaranx, Che Sudaka et les fils de Teuhpu qui me faisant découvrir la carte bleue en bois, très délirant, mettaient le feux dans une "atmosphere rise your hands up". Bien sûr les barmens servaient toutes sortes de bières qui coulaient à flot, les musiciens distillaient des notes enivrant les festivaliers. Il n'en fallait pas plus pour que des regards se croisent, des sourires s'échangent. Pas de "purple haze" mais je vous recommande de goutter musicalement parlant bien entendu celle de Sander van Doorn. A voir sur You Tube absolument. La température douce pouvait allègrement nous prolonger la soirée jusque tard dans la nuit. Pour moi, 2h du mat il était temps de se mettre au lit en sachant pertinemment que le dimanche allait être pluvieux, dommage car les jambes étaient là, Pyrène préférant garder ses enfants à l'abri des regards sous un brouillard épais telle une couette . Le Casque du Lhéris quant à lui pouvait se remplir d'eau de pluie au cas où certains éprouveraient le besoin d'un peu d'eau bien fraîche et claire suite à une nuit trop arrosée. Désolé, pas de reportage photo de la rando, ayant choisi ce jour pour étrenner mon nouvel appareil photo, je manquais de force pour appuyer sur le déclencheur, par contre quelques unes du festival ont été prises, la bière étant bonne alliée m'a probablement aidé à retrouver force et vigueur. Vraiment où avais je la tête ?

Vous devez être connecté pour poster un commentaire