Rando Anatoalpine.

dj0064 Par Le 14/08/2018 0

Dans Randonnée montagne

C'est au fin fond de la Soule entre Sainte Engrâce et Larrau et en cette journée de canicule annoncée que 2 courageux randonneurs et 6 courageuses randonneuses prirent le départ au lieu dit Abarakia pour cette randonnée un peu spéciale il est vrai puisqu'elle s'annonçait anato alpine. Anato pour anatomie et alpine pour son effet un peu aérien sur la fin du parcours. Celle ci a débuté un peu plus haut que prévu suite à une erreur d'aiguillage de ma part ce qui réjouissait tout le monde puisque 250m de dénivelé venait d'être avalés sans effort car fait en voiture. Quelques hectomètres ont suffit pour atteindre les muscles du molet, anciennement dénommés les jumeaux externes et internes. Sur ceux ci, un point orientation est fait devant un troupeau de moutons. De là, une jolie vue se dessine devant nous, vallée du Saison alimentée sous nos pieds par les gaves de Larrau et de Sainte Engrâce, forêts des Arbailles et d'Iraty, le village de Larrau, les pics d'Orhy et d'Anie et la Pierre Saint Martin. Laissant de coté les os du cunéiforme et du naviculaire au pic Jaura 1069m et ses 5 métatarses et phalanges nommés Suhatzé, Errékabeltza, Jaura, Othoqui et Urusterry qui trempent leurs bouts des ongles dans les 2 gaves. De coté aussi la voute plantaire au niveau du col des 3 croix 998m, le talon Zagnhaguia 1240m et le tadon d'achille au bois d'Huduréta 1210m. Une fois passé les muscles gastroenémiens ou triceps sural Négumendi 1307m et otchogorria 1411m, légère descente vers l'arrière du genou au col d'Hernako 1359m. Devant nous se présente les 2 muscles de la cuisse à savoir le grand adducteur Sarrimendi 1484m et le biceps crural Izeyto 1464m. La jonction de la cuisse et de la fesse s'opérant au niveau du col de Kurutché 1383m, il restait à gravir le plus beau muscle du corps humain, le grand fessier au sommet d'Eskantola 1511m. Puis petite descente au creux des reins du coté du cayolar d'Eskantola 1444m avant de poursuivre la montée du muscle grand dorsal qui nous permit d'atteindre l'extrémité ouest de la clavicule au port de Belhay 1731m. Nous avons laissé à droite le trapèze Chardekagagna 1893m et pris à gauche la clavicule, une crête effilée et abrupte qui nous mena au point culminant de la randonnée, le Karchila 1982m et de suivre du regard jusqu'au deltoïde la Queleta avant qu'elle n'entame sa descente vertigineuse. Et la tête me direz vous ? Y'en a pas, c'était à nous d'y promener la notre ce jour là. La porte du congélateur laissait ouverte et le ventilateur tournait à plein régime. Pour preuve, la chair de cocotte sur les bras de ces dames. A 14h nous pûmes prendre le repas et contempler tous azimuts le beau décor qui se présentait devant nous. A 15h la descente pouvait s'amorcer, le pic d'Orhy avait besoin de passer chez le coiffeur, sa tête se couvrait d'une longue chevelure brumeuse du à la chaleur qui régnait au fond de la vallée. Un grand bravo à Camille, Sylvie, Anne Sophie et Carolyne, avec force, courage, ténacité, abnégation et un peu de souffrance elles ont vaincu leurs craintes du début puisque c'était un retour à la compétition pour les unes et découverte du milieu montagnard pour l'autre. Quant à Didier et Françoise rien à dire, une simple formalité pour eux. Très bonne ambiance et merci à tous. Le pot de l'amitié sous les arcades de Tardets-Sorholus était bien mérité.

randonnée montagne

Vous devez être connecté pour poster un commentaire